Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 19:15

Les fleurs de ces marronniers (sans doute échappés de parcs, car surprenants dans un forêt de pente) se sont fait bien rincer par ce subit orage. (Quant à moi, j'étais sous mon parapluie...)

(On était toujours à Barèges.) 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 19:10

Dans tous les villages (cf Astérix en Corse), il y a un typique 'banc des vieux'. Ici, à Barèges, on trouve ce 'muret des vieux hippies' vraiment très cool...

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2019 5 08 /02 /février /2019 19:05

Non, non, ce titre "Fleurs de Fraîcheur" n'est pas le nom d'un nouveau déodorant d'intérieur (d'ailleurs, je devrais peut-être le faire déposer...) mais quelques jolies plantes des orées forestières et prairies de clairière : géranium, bugle, raiponce et cirse (que je n'ai pas réussi à déterminer... Merci de votre aide !)

Va comprendre, ses pétales sont très foncés mais on le nomme géranium livide...
Bugles parmi les fraisiers sauvages.
Cirses indéterminés (peut-être des ruisseaux, tout simplement !) mais néanmoins charmants car pas piquants du tout !
Raiponce des Pyrénées dans les renoncules.
Partager cet article
Repost0
6 février 2019 3 06 /02 /février /2019 19:03

Si les grenouilles rousses ne fréquentent les points d'eau qu'au moment de la reproduction pour pondre et féconder leurs œufs, il leur arrive parfois de ne pas prendre les bonnes prévisions météo ou d'être un peu trop pressées ou de ne pas avoir de GPS suffisamment précis...

Sortons du refuge hivernal !
Ponte sèche... Pontes de grenouilles rousses imprudemment déposées dans des mares de fonte de névés asséchées à présent.
Rassurez-vous, j'ai transporté ce tapioca vital dans la mare d'à côté (un peu plus profonde) ! C'était ma BA !
Partager cet article
Repost0
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 18:09

Je vous avais déjà parlé, dans un article précédent sur les Pyrénées, de la "farine des glaciers", cette poudre d'érosion générée par le frottement des glaciers sur les parois de leur lit. S'il n'y a plus à présent beaucoup de glaciers dans les Pyrénées, leur farine est toujours là et les eaux de ruissellement en la transportant donnent aux gaves cette couleur opaline caractéristique et superbe.

Bouleaux sur les rives du Gave de Gavarnie à Gèdres.
Bouleaux tout neufs et audacieux varappeurs,
sur les rives du lac des Gloriettes, Héas.
Torrent d'Héas.
Partager cet article
Repost0
2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 17:50

"L'eau ferrugineuse, comme son nom l'indique, contient du fer.

Et le dire, c'est bien mais le faire, c'est mieux !"

Vous vous souvenez peut-être du sketch de Roger Pierre, interprété par Bourvil dans les années 50 : "La causerie du délégué de la ligue anti-alcoolique"... quand je me le remémore, j'en rigole encore...

 

Sources ferrugineuses, près de la cabane de Conques, Luz-Ardiden.
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 19:07

Près des pistes de ski de Luz-Ardiden, en bord de route, un ruissellement couvert de végétation qui mérite un arrêt en pleine côte...

 

Près de la cabane de Conques (Luz-Ardiden).
Et c'est le milieu préféré de la vorace Grassette à grandes fleurs.
* vorace, car c'est une plante carnivore !
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2019 2 29 /01 /janvier /2019 18:57

Toujours en forêt d'Ayré (Barèges) un chantant petit ruisseau, caracolant au milieu des cardamines et valérianes... Charmante image bucolique !

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 11:48

L'adjectif 'pachydermique' n'est pas encore dans le dictionnaire, mais illustre bien l'aspect de l'écorce des ces énormes hêtres de la forêt d'Ayré (au dessus de Barèges).

 

Et les grands arbres abritent de petis arbustes
(Sous-bois à myrtilles, forêt d'Ayré).
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 11:32

... celui de la Vipérine ( Echium vulgare), aux élégants surnoms d'herbe aux vipères et d'herbe aux couleuvres. On pensait que cette belle borraginacée bleue attirait les serpents mais guérissait leurs morsures, ce qui était super-bien étudié.

Si, effectivement, elle croit sur les terrains pauvres ou en friche, appréciés également des reptiles, ce sont plutôt les insectes butineurs que la vipérine séduit.

D'ailleurs, un hectare de cette exceptionnelle plante mellifère produirait 300 kilos de miel, à condition que les milliers d'ouvrières zélées nécessaires soient encore présentes !

 

 

Partager cet article
Repost0